Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

L’ARBUE à la foire miel-bio de Chazay-d’Azergues

L’Association Rhône Beaujolais des Usagers de l’eau, ARBUE, sera présente à la foire au Miel et Produits Biologiques à Chazay-d’Azergues,  le 16 mars 2013 de 14h30 à 19h et le 17 mars 2013 de 9h à 19h (salle n°1 St Exupéry). Cette manifestation est organisée par l’association ALTERN’INFO.

L’ARBUE présentera sur son stand :

  • Une solution globale pour l’eau potable dans le Pays Beaujolais.
  • L’exemple du captage pollué d’Anse, avec les dilutions et mélanges nécessaires pour envoyer cette eau au robinet des usagers.

Des membres présenteront des conférences (1er étage salle n°1) :

  • Bruno Ducluzaux : « L’eau du robinet est-elle bio? » le samedi 16 mars à 14h30
  • Vincent Meyer : « Prévention du cancer par l’alimentation » le dimanche 17 mars à 16h30

9 mars 2013 Posted by | Eau, Eau Rhône, Mélange - Dilution, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Liste des polluants de l’eau de Villefranche

L’Association Rhône Beaujolais des Usagers de l’Eau (ARBUE) a actualisé la liste des polluants du réseau d’eau de Villefranche-sur-Saône (puits de captage et eau distribuéee) :

http://eaubeaujolais.wordpress.com/liste-des-polluants/

  • 27 pesticides
  • 33 micropolluants
  • 9 métaux lourds ou toxiques
  • Nouveaux polluants de 2011 : dioxine, cyanure, résidu médicamenteux (carbamazepine), perfluorés
  • Nouveaux polluants de 2012 : phtalates (DEHP), dithio carbamates

5 janvier 2013 Posted by | Eau Villefranche, Micropolluants, Pesticides, Phtalates, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

L’ARBUE écrit à Mrs Perrut et Picard

L’Association Rhône Beaujolais des Usagers de l’Eau a envoyé des lettres à Monsieur Perrut (Député-Maire de Villefranche-sur-Saône) et à Monsieur Picard (Président de la Communauté d’Agglomération de Villefranche-sur-Saône – CAVIL) pour leur demander d’agir pour protéger la santé des usagers de l’eau. En particulier, l’association renouvelle sa demande d’arrêter de faire boire l’eau polluée du robinet aux enfants dans les écoles, crèches et établissements scolaires. La protection de nos enfants et des générations futures doit être une priorité pour ces collectivités qui prétendent être pour le développement durable.
Lettre à Monsieur Perrut
Lettre à Monsieur Picard

13 octobre 2012 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Potabilité, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Signez la pétition pour une amélioration de la qualité de l’eau

http://www.petitionpublique.fr/?pi=ARBUE

Pétition de l’Association Rhône Beaujolais des Usagers de l’Eau – ARBUE :

  « Pour une amélioration de la qualité de l’eau sans surcoût pour le consommateur en Beaujolais »

« Depuis des décennies, l’eau distribuée dans le réseau public de l’agglomération de Villefranche sur Saône présente une qualité dégradée pouvant provoquer des risques sur la santé humaine à long terme.
Elle présente en effet de manière chronique des polluants issus des activités agricoles et industrielles du bassin versant : pesticides et solvants chlorés. Ces polluants, présents de manière anormale, ont conduit l’Etat français, dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, à classer notre captage à Beauregard sur la liste des 507 champs captants prioritaires (c’est-à-dire les plus pollués parmi plus de 35 000 champs captants en France).
Le principe « pollueur-payeur » appliqué en France est défini de la manière suivante dans le Code de l’Environnement (article L110-1) : « les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur. »
Nous demandons aux responsables du service public de l’eau de prendre des mesures efficaces immédiates pour identifier les responsables des pollutions et pour supprimer définitivement la présence de molécules toxiques dans l’eau distribuée. Nous demandons que les solutions techniques mises en œuvre soient prises en charge par les pollueurs et n’aient aucun impact financier sur la facture du consommateur et du contribuable, qui ne sont en rien responsables de la pollution.
Retrouvez toutes les informations sur la qualité de l’eau dans le Beaujolais sur le site : http://eaubeaujolais.wordpress.com/ »

Tout le monde peut signer car nous sommes tous concernés.

Les habitants du Beaujolais, même ceux qui ne boivent jamais l’eau du robinet, car les principaux polluants sont les solvants chlorés qui entraînent un risque de cancer par pollution de l’air intérieur des habitations, en particulier lors des douches et de bains, et tout le monde est obligé de se laver avec l’eau du robinet.

Les habitants du monde entier car le principal client de l’eau de Villefranche est l’usine BLEDINA, qui fabrique des céréales infantiles vendues dans de nombreux pays, en particulier en France et en Afrique (marques Blédina, Phosphatine et Gallia) et des cracottes – craquinettes. La technique de fabrication (vérifiée plusieurs fois ces dernières années) consiste à verser l’eau brute du robinet sans le moindre traitement dans la marmite. Bien sûr le produit fini est conforme « aux normes », mais les normes sont uniquement sur 0,0001% des produits chimiques connus (65 millions actuellement). Le gigantesque cocktail de polluants à faible dose de l’eau captée à Villefranche-Arnas se retrouve donc en partie dans les produits finis.

4 février 2012 Posted by | Eau, Eau Rhône, Eau Villefranche, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | , , | Laisser un commentaire

Le collectif beaujolais des usagers de l’eau demande à Monsieur Perrut que la ville de Villefranche et la communauté d’agglomération portent plainte contre X pour la pollution de l’eau du robinet aux solvants chlorés

L’eau du robinet de Villefranche-sur-Saône est polluée depuis des dizaines années, avec des impacts potentiels sur la santé de 60 000 usagers. D’après les analyses officielles, plus de 100 toxiques sont présents dans l’eau alimentant directement les captages : Saône, Nizerand, nappe sous la zone industrielle, un gigantesque cocktail de polluants menaçant la santé publique.

La pollution concerne les solvants chlorés mais aussi les pesticides, les hydrocarbures aromatiques, le mercure, l’aluminium, le manganèse et le sel. Au total 24 micropolluants et 23 pesticides ont déjà été détectés dans les puits de captage ou le réseau d’eau du robinet. Les premières analyses au-dessus de la valeur guide prouvant la pollution de l’eau distribuée par les solvants chlorés datent des années 80. Une directive européenne de 1980 obligeait alors la collectivité à rechercher l’origine de cette pollution et à résoudre le problème. Cette recherche n’a démarré qu’avec la révision des périmètres de protection en 1992. Malgré une dizaine d’études réalisées, les sites industriels responsables de la pollution ne sont toujours pas identifiés. Actuellement la pollution continue. En février 2009, l’eau distribuée à Villefranche a été supérieure à la limite de qualité. D’avis d’expert, si l’on en prend les moyens, il faut 3 mois pour retrouver les pollueurs de l’eau de Villefranche aux solvants chlorés. Cette recherche sans fin, qui dure depuis 19 ans, est donc anormale.

Le 23 mai 2011, le collectif a donc rencontré Monsieur Perrut, député-maire de Villefranche-sur-Saône, et a demandé à la ville de Villefranche ainsi qu’à la communauté d’agglomération (CAVIL) de porter plainte contre X pour la pollution de son eau par les solvants chlorés. En effet, cette pollution a déjà entrainé de nombreuses dépenses directes notamment en études, forages et analyses d’eau. Les coûts à venir pour la collectivité (construction d’une unité de traitement de l’eau de plusieurs millions d’euros) et pour les usagers (frais médicaux dus aux dizaines d’années de consommation d’une eau polluée) seront élevés.

Il apparait que seule la justice aura l’autorité nécessaire pour faire aboutir la recherche effective de l’origine des pollutions aux solvants chlorés et permettre d’appliquer le principe pollueur payeur.

Nous citons l’exemple de la ville d’Avignon, qui en février 2011 a porté plainte contre X pour une pollution de la nappe phréatique aux solvants chlorés sur son territoire.

Le collectif informera prochainement sur le résultat de la démarche engagée.

Site du collectif       Communiqué de presse

Communiqué de la ville d’Avignon

5 juin 2011 Posted by | Eau, Eau Rhône, Eau Villefranche, Qualité de l'eau potable, Tétrachloréthylène, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

61 % d’augmentation de la pollution de l’eau du robinet en 2 ans

La qualité de l’eau distribuée à Villefranche-sur-Saône et environ continue de se dégrader chaque année, sans aucune réaction des autorités, à part de dire aux citoyens « tout va bien ».

D’après le rapport officiel de la DDASS de 2009 (page 10), la concentration moyenne en solvants chlorés (somme tétrachloréthylène + trichloréthylène) sur l’eau distribuée  a augmenté de 34 % en un an :

  • 4,13 µg/l en 2008
  • 5,52 µg/l en 2009

D’après les analyses du contrôle sanitaire de la DDASS sur l’eau distribuée, la concentration moyenne en tétrachloréthylène a augmenté de 61 % en 2 ans :

  • 3,1 µg/l en 2007
  • 4,0 µg/l en 2008
  • 5,0 µg/l en 2009

Augmentation de 61 % en 2 ans du tétrachloréthylène dans l'eau du robinet

 En janvier 2007, 15 pesticides avaient été détectés dans l’eau des captages. Fin 2009, 23 pesticides différents sont détectés dans l’eau (probablement un triste record mondial). Soit 53 % d’augmentation en 3 ans du nombre des pesticides.

Entre 2008 et 2009, la pollution aux chlorures du puits n°4 est passée de 25 mg/l à 280 mg/l, soit une augmentation de 1000 %.

10 juillet 2010 Posted by | Chlorure, Eau, Eau Villefranche, Pesticides, Polluants, Qualité de l'eau potable, Tétrachloréthylène, Villefranche-Beaujolais | Un commentaire

Incompatibilité entre le projet de nouvelle zone industrielle de l’Epie et le maintien des captages d’eau potable actuels

Lors du dernier conseil communautaire, la CAVIL a présenté son projet de création d’une zone industrielle de 35 à 40 hectares à l’intérieur des périmètres de protection des captages de Villefranche-sur-Saône (procédure de ZAC).

Je m’oppose à ce projet qui me parait illégal. La priorité législative est l’obtention d’une eau brute de bonne qualité. La nouvelle zone industrielle, juste au-dessus des captages d’eau potable, ne peut que dégrader encore plus la qualité de l’eau de Villefranche. La CAVIL privilégie le traitement de l’eau à la protection des captages, ce qui est illégal.

Bien sûr, cette nouvelle zone industrielle est utile à la création d’emploi, mais uniquement si les choses sont faites dans l’ordre :

  • D’abord prendre la décision ferme et irrévocable de déplacer le champ captant actuel.
  • Ensuite étudier le projet de zone industrielle sans les captages d’eau potable en aval.

1 février 2010 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Les égouts de Pommiers

La pollution du centre de vaccination est petite par rapport à la pollution des égouts du Syndicat de la Galoche (commune de Pommiers). Après de petits orages, la station d’épuration ne fonctionne plus, et les égouts bruts sont déversés dans la rivière de la Galoche, puis dans le Merlon, puis dans le Morgon, puis dans la Saône. En 2006, suite à un petit orage de 10 min, la pollution a été suivie jusqu’à l’entrée de Villefranche, elle atteint donc la Saône. Depuis la mise en service de la « station d’épuration », les quantités de polluants envoyés dans la Saône sont donc énormes. Quelques km en aval, en bordure de Saône, il y a les captages des 105 000 usagers du Syndicat Rhône Turdine (dont les habitants de Pommiers, qui comme les habitants de la CCBNM,  boivent leurs propres égouts).

Autrefois, la vallée de la Galoche avait des petites stations d’épuration qui fonctionnaient correctement. La preuve était la qualité 1A (= EXCELLENTE) de la Galoche à Gleizé. En 1998 avec des habitants de Gleizé, je me suis opposé à la destruction des petites stations performantes, et la construction d’une nouvelle (par VEOLIA bien sûr, on est à quelques km de Villefranche) qui n’a jamais fonctionné. Aujourd’hui, la Galoche n’est plus qu’un égout saturé de boues fécales.

Quelques photos prises en 2006 (la pollution est bien pire que celle du palais des sports!). Aujourd’hui, la pollution continue. Il y a une semaine, le lit de la Galoche était encore saturé de boues fécales.

En aval du rejet de la "station d'épuration" de Pommiers

Sur des centaines de mètres, le lit de la Galoche est saturé de cette boue fécale (en fait la plupart de la pollution se retrouve dans la Saône)

Matière fécale brute pêchée dans la Galoche (preuve que la station d'épuration ne fonctionne pas)

Depuis 3 ans, tout a été fait pour faire cesser cela (article dans la presse, action en justice…), sans aucun résultat. La police de l’eau n’est jamais venue constater avec nous les pollutions. La police de l’eau est la DDAF, qui est le maître d’œuvre de la station d’épuration et du réseau d’assainissement (position de « JUGE ET PARTIE »). Cette pollution est due à une mauvaise conception du système d’assainissement global.

29 novembre 2009 Posted by | Eau Villefranche, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Nouveau pesticide dans l’eau de Villefranche

En mars 2009, un nouveau pesticide, le chlortoluron, a été détecté dans l’eau des captages de Villefranche-sur-Saône. Six pesticides étaient présents dans l’eau analysée.

Au total, 22 pesticides différents ont été détectés dans l’eau de Villefranche-sur-Saône. Ce triste record devrait inciter les autorités à agir, mais toujours rien. Aucune action de terrain n’est menée pour résoudre ce problème.

Liste des pesticides : atrazine, atrazine-déséthyl, atrazine-déisopropyl, dichloropropène-2,3, diuron, terbuthylazine-hydro, métolachlor, oxadixyl, simazine, simazine-hydroxy, tébutame, asulame, 2,6-dichlorobenzamide, linuron, métoxuron, bromacile, 2-hydroxy-atrazine, deisopropyl-déséthyl-atrazine, lenacile, terbuthylazine-déséthyl, carbofuran, chlortoluron.

18 octobre 2009 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Pesticides, Polluants, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | Un commentaire

Enquêtes publiques à Anse

Trois dossiers d’enquêtes publiques sont disponibles à la mairie d’Anse. La principale se termine de 26 octobre. Ces enquêtes concernent l’ancien site REGEMAT à Anse. 

La commune d’Anse possède environ 500 000 m2 de terrain en zone inondable dans le lit majeur de la Saône, donc normalement non aménageable. A partir de 1995-1997, environ 250 000 m2 ont été remblayés en toute illégalité : infractions au code de l’urbanisme, à la loi sur l’eau, à la législation sur les installations classées, au PERI (Plan d’Exposition au Risque d’Inondation). L’objectif (d’après moi) était de permettre des opérations immobilières sur ces terrains. Ces remblaiements, SOREAL et REGEMAT, ont duré jusqu’en 2005 (calcul à 2 600 000 tonnes), sans aucune action efficace des pouvoirs publics (Préfet, Maire) pour les arrêter. Des déchets divers ont également été apportés par l’entreprise REGEMAT. Les conséquences environnementales de ces travaux illégaux sont considérables d’après moi, des millions d’habitants des vallées de la Saône et du Rhône pourraient être menacés par des inondations.

D’après les autorités, l’objectif de deux des enquêtes serait de réparer une toute petite partie des dégâts, donc des travaux apparemment positifs. Le négatif est que ces enquêtes légalisent les remblais illégaux, donc le coup de force pour rendre constructibles les terrains. L’autre point négatif est que les habitants de la CAVIL et du département du Rhône vont payer ces travaux, alors qu’ils n’y sont pour rien (pourquoi ne pas faire payer les responsables ?). En étudiant de manière approfondie les 3 énormes dossiers, la réalité est bien différente : en fait, les contribuables vont payer pour satisfaire des intérêts privés de grandes entreprises et pour de nouvelles dégradations de l’environnement.

17 octobre 2009 Posted by | Anse, Eau, REGEMAT, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :