Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Liste des polluants de l’eau de Villefranche

L’Association Rhône Beaujolais des Usagers de l’Eau (ARBUE) a actualisé la liste des polluants du réseau d’eau de Villefranche-sur-Saône (puits de captage et eau distribuéee) :

http://eaubeaujolais.wordpress.com/liste-des-polluants/

  • 27 pesticides
  • 33 micropolluants
  • 9 métaux lourds ou toxiques
  • Nouveaux polluants de 2011 : dioxine, cyanure, résidu médicamenteux (carbamazepine), perfluorés
  • Nouveaux polluants de 2012 : phtalates (DEHP), dithio carbamates

5 janvier 2013 Posted by | Eau Villefranche, Micropolluants, Pesticides, Phtalates, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Nouveaux polluants dans le Rhône (principale alimentation de l’eau du Grand Lyon)

Une première liste a déjà été publiée : https://leau.wordpress.com/2009/08/22/qualite-de-leau-du-grand-lyon-37-pesticides-dans-le-rhone/

Voici la liste des nouveaux polluants détectés dans le fleuve Rhône à la station de Jons :

Pesticides :

Atrazine déisopropyl : traces dans l’eau en 2009

Dicamba : 0,04 µg/l  le 30/06/2009

Dimétachlore : traces le 09/09/2008

Dinoterbe : 0,06 µg/l   le 09/12/1998

Propoxur : traces le 30/06/2009

Propyzamide : traces le 16/02/2009

Spiroxamine : traces le 30/06/2009

Terbuthylazine déséthyl : traces le 18/08/2009

Terbuthylazine hydroxy : traces le 30/06/2009

Trichlopyr : traces le 03/12/2008

Résultat : 46 pesticides dans le Rhône en amont des captages d’eau potable du Grand Lyon. L’eau du robinet est-elle aussi excellente que cela ?

HAP :

Anthracène : 1 µg/kg en 2009

Benzo (a) Anthracène : 147 µg/kg   le 31/03/2009

Benzo (a) Pyrène : 0,006 µg/l  le 23/07/2009 (eau)

Benzo (a) Pyrène : 183 µg/kg  le 31/03/2009 (sédiment). En 2006, une analyse de l’eau distribuée chlorée à Lyon donnait une pollution au Benzo (a) Pyrène de 0,002 µg/l. Cette substance est très cancérigène.

Fluorène : 0,01 µg/l  le 09/12/1998 (eau)

Fluorène : 73 µg/kg  le 18/08/1999 (sédiment). Le 16/09/2009, une analyse de l’eau du robinet à Lyon donnait une pollution au fluorène de 0,013 µg/l

Phénanthrène : max 367 µg/kg   le 18/08/1998 (sédiment)

Phénanthrène : max 157 µg/kg   le 31/03/2009 (sédiment)

Phénanthrène : max 0,02 µg/l   le 26/05/2009 (eau). Le 16/09/2009, une analyse de l’eau du robinet à Lyon donnait une pollution au phénanthrène de 0,033 µg/l (0,021 µg/l   le 03/12/2009 à Vénissieux). La concentration au robinet est supérieure car l’eau du Rhône se charge en HAP en traversant les sédiments contaminés.

+ beaucoup d’autres HAP (16 au total)

Les correspondances entre les pollutions du Rhône aux HAP et les pollutions de l’eau du robinet à Lyon prouvent que les alluvions ne filtrent pas correctement l’eau. De plus, cela est dit clairement par le rapport de l’ARS (ex DDASS 69) de la dernière enquête publique, paragraphe 2.4 Vulnérabilité intrinsèque de la ressource : « Pour mémoire, le rôle de filtre naturel assuré par les alluvions ne joue pas pour les matières dissoutes ».

Métaux :

Antimoine : 1,5 mg/kg en 2009

Argent : 1 mg/kg  le 31/03/2009

Arsenic : 1,4 µg/l   le 23/08/2010 (eau)

Arsenic : 13 mg/ kg  le 30/06/2009 (sédiment)

Cadmium : 0,5 µg/kg en 2009

Chrome : 69,6 mg/kg  le 07/01/2009

Mercure : 0,044 mg/kg le 25/08/2009

Nickel : 5,6 µg/l   le 31/03/2009 (eau)

Nickel : 45,3 µg/kg   le 07/01/2009 (sédiment)

Plomb : 0,3 µg/l  le 06/10/2009 (eau)

Plomb : 50,6 µg/kg  le 25/08/2009 (sédiment)

Sélénium : 0,7 µg/kg  le 30/06/2009

Autres polluants :

Crésol-para : 4145 µg/l    le 25/08/2009

DEPH (Phtalates) : 1,8 µg/l   le 09/12/2008 (eau)

DEPH (Phtalates) : 3146 µg/kg   le 31/03/2009 (sédiment)

Dibutylétain : 0,01 µg/l   le 04/03/2008 (eau)

Dibutylétain : 26 µg/kg   le 13/11/2007 (sédiment)

Dioctylétain : 0,27 µg/l   le 23/09/2005

Monobutylétain : Traces dans l’eau et les sédiments en 2009

Monooctylétain : 84 µg/l   le 07/01/2009

Monophénylétain : traces  le 07/01/2009

Tributylétain : 20 µg/kg   le 25/04/2006

Trioctylétain

Triphénylétain

PCB : nombreuses détections en 2009 (12 PCB détectés au total)

Exemple : PCB 153 : 4,3 µg/kg   le 31/03/2009

Tributylphosphate : 0,09 µg/l   le 31/03/2009

Trichlorofluorométhane : 0,5 µg/l  le 30/06/2009

Trichlorotrifluoroéthane-1,1,2 : 13 µg/kg  le 11/02/200

Dichloréthylène-1,2 : 3 µg/kg   le 11/02/2000

Dichlorobenzène-1,2 : 12 µg/kg  le 03/06/2008

Dichlorobenzène-1,4 : 12 µg/kg  le 03/06/2008

Dichlorophénol-2,5 : 0,13 µg/l  le 14/11/2000

Diméthylphénol-2,4 : 0,08 µg/l   le 14/11/2000

Chloroforme (Trichlorométhane) : 17 µg/l  le 18/12/2006

Ethylbenzène : 4,5 µg/l   le 04/03/2008

Hexachlorobenzène : 5 µg/kg  le 18/08/2000

Isopropylbenzène : 0,4 µg/l  le 04/03/2008

MTBE : 120 µg/kg  le 23/01/2003

Nitrophénol-2 : 0,1 µg/l   le 14/11/2000

Nonylphénols : 1 µg/l   le 05/05/2004

Octylphénols : 0,2 µg/l   le 23/01/2003

Tétrachloréthylène : 8 µg/l   le 15/10/1994

Tétrachloréthylène : 10 µg/kg  le 05/05/2004

Tétrachlorophénol-2,3,4,6 : 75 µg/kg   18/01/1999 

Trichloréthane-1,1,1 : 2 µg/l  le 28/02/1994

Trichloréthylène

Trichlorobenzène-1,2,3

Trichlorobenzène-1,2,4

Trichlorobenzène-1,3,5

Toluène

Xylène-ortho

Xylène-para

Xylènes (o, m, p)

Conclusion : 73 micropolluants toxiques (hors pesticides) dans le Rhône en amont des captages d’eau potable du Grand Lyon. Toujours de l’eau du robinet excellente?

119 micropolluants toxiques au total dans le Rhône pour polluer l’eau du robinet d’un million d’habitants

Ces matières dissoutes ne sont pas filtrées par les alluvions entre le Rhône et les robinets des usagers (d’après la DDASS-ARS). En plus, l’eau captée se charge en nouveaux polluants en traversant les sédiments.

4 novembre 2010 Posted by | Eau, Eau Lyon, Eau Rhône, HAP, Mercure, Pesticides, Phtalates | Laisser un commentaire

La Saône polluée par les phtalates de la colle ?

Nous avons vu une pollution de la rivière du Nizerand par l’usine de fabrication de colles industrielles. Mais la Saône située quelques km en aval est-elle polluée?

Normalement le fort débit de la rivière entraîne une dilution, donc plus de pollution visible. Cependant il ne faut pas oublier que l’usine rejette ses déchets dangereux dans la rivière depuis 1972 (38 ans).

D’après un responsable du site, l’usine utilise des centaines de substances chimiques pour la fabrication des colles, mais la société refuse de donner les noms de tous ces produits. Dans les études réglementaires ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), Hl et ses prédécesseurs n’ont jamais donné au Préfet la liste des produits, pour la simple raison qu’ils affirment ne rejeter aucun produit dans l’eau (faux, regardez les autres articles de ce blog).

Seuls les gros stockages sont mentionnés dans les études d’impact. En 1972, il y avait une cuve de 12 000 l de dibutylphlalate. En 1989, il y avait une cuve de 30 000 l  de phlalate de di-octyle ou DOP ou DEPH ou di(2-éthylhexyl) phtalate. Ces produits sont dangereux pour la santé. Ces phtalates rendent les hommes stériles et peuvent provoquer des cancers : preuves sur http://telematin.france2.fr/?page=recherche&motcle=phtalate&theme=&id_mot

Donc, il suffit de consulter les analyses des réseaux européens RCS et CO des sédiments de la Saône en amont et en aval de l’usine de colle.

En amont, il n’y a aucune détection de  phtalates (DEPH) dans les sédiments de la Saône : vérification à St Symphorien d’Ancelle à 20 km en amont du rejet d’Hl et à Ouroux-sur-Saône à 80 km en amont.

En aval, les sédiments de Saône sont contaminés par les phtalates (DEPH). 948 µg/kg à Saint-Bernard à 8 km en aval. 1033 µg/kg à Lyon à 28 km en aval.

Rien en amont, pollution en aval, on peut donc soupçonner l’usine exploitée actuellement par Hl d’avoir pollué la Saône. Plus de 200 000 personnes boivent l’eau de la Saône après un transit par les sédiments de la  Saône. Ces perturbateurs endocriniens sont toxiques à des doses infirmes. Cette pollution pourrait donc avoir un impact négatif sur la santé des 200 000 usagers, plus des consommateurs de produits agroalimentaires fabriqués avec l’eau. Plusieurs centaines de millions de personnes ont peut-être été exposées juste au moment où il ne fallait pas les exposer : quand ils étaient bébés.

Précision : la gravité des faits vient que les rejets dans les eaux superficielles et souterraines sont illégaux. Voir le site officiel : Rejets industriel , taper Hl dans la recherche, puis choisir le site de Villefranche-sur-Saône. L’usine n’a aucune autorisation de rejet dans le milieu aqueux. Par contre, d’autres usines ont des « autorisations de polluer les eaux », par exemple le site Hl de Châlons-en-Champagne qui rejette directement dans l’eau du cadmium, du nickel et du plomb. De plus, par une recherche par polluant, on vérifie bien qu’aucun des 30 établissements français autorisés à rejeter du DEPH dans l’eau n’est situé dans la vallée de la Saône.

11 septembre 2010 Posted by | Colles, Eau, Eau Villefranche, Phtalates | | Laisser un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :