Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Nouveau sabotage de l’eau de Villefranche

J’ai constaté hier que VEOLIA (sa filiale SADE) a commencé (et presque terminé) l’installation des tuyaux de transfert des égouts de la vallée de Louattes vers la vallée du Nizerand. Ce transfert intervallées des eaux usées va donc dégrader un peu plus la qualité de l’eau distribuée à 60 000 usagers et à l’usine de fabrication d’aliment pour bébés. En effet, environ 30 % de l’eau distribuée provient du Nizerand (mesures fournies au Tribunal Administratif). De plus, la récente étude BAC de la CAVIL prouve que le Bassin d’Alimentation des Captages de Villefranche est principalement la vallée du Nizerand.

Carte du Bassin d'Alimentation des Captages de Villefranche avec le projet de transfert des eaux usées de l'extérieur vers l'intérieur du BAC

L’inconcevable risque d’être fait : transférer les eaux usées de l’extérieur de la zone d’action du BAC officiel du Préfet (Arrêté Préfectoral de délimitation) vers l’intérieur de zone sensible des captages de Villefranche. La pollution de nos captages par les polluants des égouts de Louattes va donc augmenter fortement (30 % de l’eau que nous buvons vient du Nizerand où les eaux polluées vont être rejetées).

Dans le monde entier, les hommes font tout leur possible pour éviter de boire leurs égouts. Ici dans le Beaujolais, c’est le contraire : depuis 10 ans, la CCBNM concentre les égouts de son territoire vers la vallée du Nizerand. Tous les marchés publics sont attribués à VEOLIA (tuyaux ici, construction et exploitation de la station d’épuration), d’où des soupçons de corruption car tous ces travaux sont évidemment contraires à l’intérêt général. De plus, l’attribution de ces marchés à VEOLIA est IMMORALE, car cette entreprise exploite aussi les captages de Villefranche. VEOLIA va donc gagner de l’argent en polluant l’eau (par les égouts de la CCBNM) et en dépolluant ensuite la même eau (usine de traitement de l’eau du robinet).

Une lettre avait été envoyée au Sous-Préfet en mai 2010 sur ce sujet : aucune suite alors que la station d’épuration a un fonctionnement illégal (jugement du Tribunal Administratif de 2009).

Rappel : une station d’épuration retient les matières solides (fécales et papier) et une partie des polluants fixés sur les particules solides, mais n’épure pas chimiquement les eaux du restant des polluants dissous non visibles (ceux qui polluent l’eau du robinet : pesticides, résidus médicamenteux, hormones, nitrates, solvants…). Au contraire, ses grands bassins sont des réacteurs chimiques qui produisent des produits cancérigènes non présents dans les eaux non traitées. Par exemple, la station du Nizerand, où vont aller les eaux de Louattes, est une véritable usine à fabriquer des nitrates. Des mesures de VEOLIA en décembre 2008 prouve que la quantité de nitrates est multipliée par 5 entre l’entrée et la sortie de la station « d‘épuration ».

J’appelle tous les usagers, citoyens, élus à se mobiliser pour empêcher cette nouvelle pollution des captages de Villefranche.

Travaux de la SADE en cours au 19 janvier 2012

19 janvier 2012 Posted by | Assainissement CCBNM, Eau, Eau Villefranche, Nizerand, Qualité de l'eau potable | , | Laisser un commentaire

Pollution industrielle illégale dans le Nizerand (ça continue)

Depuis des années, sur la commune d’Arnas, des industriels rejettent illégalement des eaux polluées dans la rivière du Nizerand qui alimente les captages d’eau potable de Villefranche. Les autorités ne font rien pour stopper les pollutions, et protègent même les pollueurs. Nous avons rencontré le Maire d’Arnas qui nous expliqué que tout allait bien, que les lois étaient respectées sur sa commune. Les preuves du contraire dans les photos suivantes (voir aussi les anciennes photos).

Rejet illégal de colle dans le Nizerand (14/10/2010)

En été et en automne, le Nizerand est à sec, il est donc possible de voir les rejets industriels, mais en hiver, l’accès est impossible car la rivière coule. Les rejets illégaux continuent probablement en hiver.

Et en 2011, ça recommence :

Rejet illégal de la société EPUR dans le Nizerand à sec, toute la pollution s’infiltre et va rejoindre à 100 % les captages d’eau potable (21/09/2011)

En plus voici une photo du premier site d’EPUR.

Site EPUR à Arnas : décharge de citernes, fûts, récipients à ciel ouvert (24/06/2011)

C’est honteux pour notre région d’avoir un site pareil juste au-dessus de nos captages. L’activité d’EPUR n’a jamais fait l’objet d’une vraie étude d’impact, l’arrêté préfectoral date de 1982. Il faut une révision de l’arrêté préfectoral, qui ne peut aboutir qu’à la fermeture du site.

En un peu plus en aval, c’est pire. EPUR exploite un site sans autorisation préfectorale. Les photos du stockage illégal, caché derrière un mur, de déchets non triés ont déjà publié sur ce blog. Actuellement de nouveaux stockages de bois ont lieu sur le site, sans autorisation, malgré un premier incendie en mai 2011 qui a fortement pollué le Nizerand.

Deuxième site EPUR à Arnas, exploitation sans autorisation valable (24/06/2011)

Le maire d’Arnas défend EPUR en disant que l’ancien Arrêté Préfectoral de REGEMAT a été repris par EPUR. Cela est impossible car l’ancien AP s’annulait au bout de 2 ans d’inexploitation du site, or il y a eu plus de 2 ans entre la faillite de REGEMAT et l’arrivée d’EPUR sur le site (document écrit en mairie d’Arnas prouvant le délai supérieur à 2 ans).

Il est clair que les activités de la société EPUR sont totalement incompatibles avec la présence en aval d’un captage d’eau potable alimentant 60 000 personnes, plus l’usine BLEDINA. Soit EPUR, soit le captage doit déménager. Nous demandons à nos élus de prendre une décision politique dans ce sens. La pollution existante des captages étant tellement extrême, c’est bien sûr aux captages de déménager, mais les responsables de la pollution doivent payer. Les usagers ne sont pas responsables, ce sont des victimes, ils n’ont pas à payer.

Rejet industriel dans le collecteur d’eau pluviale (rue Grange Morin) de la CAVIL qui arrive dans le Nizerand à sec (21/09/2011)

Et un peu plus bas, au rejet du collecteur d’eau pluviale de la CAVIL, toujours le même spectacle depuis des dizaines d’années. Des industriels, au lieu d’envoyer leurs eaux polluées dans le réseau d’assainissement (problème car il y a des contrôles, nouveaux arrêtés préfectoraux de limitation des rejets vers la station d’épuration de VEOLIA), les rejettent illégalement dans la rivière alimentant l’eau potable (mais là il n’y a strictement aucun contrôle).

Autre rejet industriel dans le Nizerand (21/09/2011)

Un peu plus bas, toujours la même chose, des rejets industriels dans un autre réseau d’eau pluviale de la CAVIL.

Une question que l’on se pose depuis des années : quand est-ce que le Maire d’Arnas et les autorités vont-elles réagir pour faire respecter les lois dans la zone industrielle d’Arnas qui est devenue une véritable zone de non-droit?

10 octobre 2011 Posted by | Eau Villefranche, Nizerand, Pollueurs, Qualité de l'eau potable | Laisser un commentaire

La pollution du Nizerand continue

Depuis des années, nous signalons aux autorités, et en particulier à la CAVIL (propriétaire, gestionnaire et donc responsable du réseau d’eau pluviale), les pollutions permanentes de la rivière du Nizerand par des rejets industriels illégaux dans le réseau d’eau pluviale de la Zone Industrielle d’Arnas. La CAVIL ne fait rien d’efficace pour arrêter la pollution : la preuve par les photos suivantes (toujours les mêmes depuis des années).

Pollution rejetée par collecteur CAVIL en amont de la voie ferrée (23/09/2010)

Cuivre ou peinture rejeté par le collecteur CAVIL (23/09/2010)

Collecteur de la rue Grange Morin

Rejet illégal pollué par une substance inconnue du collecteur CAVIL de la rue Grange Morin (23/09/2010)

Même rejet le 23/09/2010, déjà vu en 2006 et 2007 et signalé à la CAVIL

En aval du rejet illégal de la rue Grange Morin (collecteur CAVIL), infiltration donc pollution de la nappe phréatique alimentant les captages CAVIL de Villefranche et l’usine Blédina (23/09/2010). La CAVIL pollue ses propres captages d’eau « potable »!

Collecteur DN 1000 Romaire

Le 23/09/2010, pollution du collecteur CAVIL (DN100-Romaine), toujours la même pollution depuis des années. Par son inaction, la CAVIL est responsable de toutes ces pollutions

Pollution 10 m en aval du rejet du collecteur CAVIL (23/09/2010)

Facteur aggravant : la dissimulation. Les industriels essaient de cacher ces rejets illégaux, en envoyant de grosses quantités en même temps dans le réseau d’eau pluviale (vidange de cuve), cela se voie facilement avec des niveaux de dépôts des pollutions au dessus du niveau normal, ou en ouvrant tous les robinets d’eau de l’usine avant le passage de la police.

10 octobre 2010 Posted by | Eau, Eau Rhône, Nizerand | Laisser un commentaire

Nouvelle pollution du Nizerand

AHURISSANT, malgré les assurances de toutes les autorités possibles (Etat, administration, CAVIL, commune d’Arnas, FRAPNA) que le problème des rejets de polluants visibles dans la rivière était solutionné, cela continue toujours, et encore plus fort que les années précédentes.

Rejet illégal de polluants dans le réseau d’eau pluviale de la rue Grange Morin, photographie à la sortie du collecteur le 3 septembre 2010

La rivière du Nizerand polluée le 03/09/2010. 10 m plus bas, l’eau s’infiltre entièrement vers la nappe phréatique. Les polluants analysés (solvants chlorés et autres produits toxiques) sont donc susceptibles de rejoindre notre réseau d’eau dite « potable »

Mélangé aux pellicules blanches, il y a une substance huileuse violette. L’origine est inconnu.

Résidus noirs qui souillent les galets. Sur 30 m en aval, une marée noire a pollué le lit de la rivière. La pollution de l’été 2010 a donc été considérable. Jamais les années précédentes nous n’avions vu autant de polluants.

Cette pollution qui dure depuis 38 ans est inacceptable, autant que les autorités qui ne font rien d’efficace et soutiennent le pollueur.

Depuis 38 ans, ces polluants contaminent l’eau du robinet de 60 000 usagers, plus l’eau de l’usine BLEDINA. L’eau est le principal ingrédient des aliments pour bébés fabriqués. Un calcul rapide permet de dire de 15 milliards de biberons ont été contaminés en 38 ans.

8 septembre 2010 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Nizerand, Polluants, Qualité de l'eau potable | Un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :