Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Nouveau sabotage de l’eau de Villefranche

J’ai constaté hier que VEOLIA (sa filiale SADE) a commencé (et presque terminé) l’installation des tuyaux de transfert des égouts de la vallée de Louattes vers la vallée du Nizerand. Ce transfert intervallées des eaux usées va donc dégrader un peu plus la qualité de l’eau distribuée à 60 000 usagers et à l’usine de fabrication d’aliment pour bébés. En effet, environ 30 % de l’eau distribuée provient du Nizerand (mesures fournies au Tribunal Administratif). De plus, la récente étude BAC de la CAVIL prouve que le Bassin d’Alimentation des Captages de Villefranche est principalement la vallée du Nizerand.

Carte du Bassin d'Alimentation des Captages de Villefranche avec le projet de transfert des eaux usées de l'extérieur vers l'intérieur du BAC

L’inconcevable risque d’être fait : transférer les eaux usées de l’extérieur de la zone d’action du BAC officiel du Préfet (Arrêté Préfectoral de délimitation) vers l’intérieur de zone sensible des captages de Villefranche. La pollution de nos captages par les polluants des égouts de Louattes va donc augmenter fortement (30 % de l’eau que nous buvons vient du Nizerand où les eaux polluées vont être rejetées).

Dans le monde entier, les hommes font tout leur possible pour éviter de boire leurs égouts. Ici dans le Beaujolais, c’est le contraire : depuis 10 ans, la CCBNM concentre les égouts de son territoire vers la vallée du Nizerand. Tous les marchés publics sont attribués à VEOLIA (tuyaux ici, construction et exploitation de la station d’épuration), d’où des soupçons de corruption car tous ces travaux sont évidemment contraires à l’intérêt général. De plus, l’attribution de ces marchés à VEOLIA est IMMORALE, car cette entreprise exploite aussi les captages de Villefranche. VEOLIA va donc gagner de l’argent en polluant l’eau (par les égouts de la CCBNM) et en dépolluant ensuite la même eau (usine de traitement de l’eau du robinet).

Une lettre avait été envoyée au Sous-Préfet en mai 2010 sur ce sujet : aucune suite alors que la station d’épuration a un fonctionnement illégal (jugement du Tribunal Administratif de 2009).

Rappel : une station d’épuration retient les matières solides (fécales et papier) et une partie des polluants fixés sur les particules solides, mais n’épure pas chimiquement les eaux du restant des polluants dissous non visibles (ceux qui polluent l’eau du robinet : pesticides, résidus médicamenteux, hormones, nitrates, solvants…). Au contraire, ses grands bassins sont des réacteurs chimiques qui produisent des produits cancérigènes non présents dans les eaux non traitées. Par exemple, la station du Nizerand, où vont aller les eaux de Louattes, est une véritable usine à fabriquer des nitrates. Des mesures de VEOLIA en décembre 2008 prouve que la quantité de nitrates est multipliée par 5 entre l’entrée et la sortie de la station « d‘épuration ».

J’appelle tous les usagers, citoyens, élus à se mobiliser pour empêcher cette nouvelle pollution des captages de Villefranche.

Travaux de la SADE en cours au 19 janvier 2012

19 janvier 2012 Posted by | Assainissement CCBNM, Eau, Eau Villefranche, Nizerand, Qualité de l'eau potable | , | Laisser un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :