Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Usage illégal des pesticides sur les voiries

La cinquième infraction à l’arrêté préfectoral n°2009-1954 du 25 février 2009  concerne l’usage des pesticides pour désherber les voiries à l’intérieur des périmètres de protection rapprochée et éloignée.

« Article 4 – voiries

dans les périmètres de protection rapprochée et éloignée :

l’entretien des abords des voiries est réalisé uniquement par des procédés mécaniques »

Or en bordure de la route départementale menant au nouveau pont de Beauregard, des pesticides ont été déposés en bordure de voirie et sous les glissières de sécurité (dans le périmètre de protection rapprochée). L’herbe ayant repoussé quelques mois plus tard, il s’agit d’un désherbant non persistant, genre glyphosate.

Sur tout le linéaire de la voie ferrée (assimilée à une voirie) traversant le périmètre de protection éloignée (environ 1 km de longueur), un pesticide persistant (pas du glyphosate) a été utilisé pour le désherbage.

En limite du périmètre éloignée, sur la commune de Villefranche-sur-Saône, les trottoirs sont  désherbés avec un pesticide persistant. Ce n’est pas illégal, mais quand une ville se proclame « ecoresponsable exemplaire », elle pourrait éviter de mettre des pesticides à quelques mètres du périmètre de son captage d’eau potable.

Désherbage aux pesticides des abords de la voirie départementale (23/07/2010)

Désherbage avec pesticide de 1 km de voie ferrée à l'intérieur des périmètres de protection des captages de Villefranche (photo du 29/08/2010). Pesticide déposé avant la mi-juillet.

Trottoirs de la ville de Villefranche-sur-Saône désherbés aux pesticides. Photo prise 23/07/2010 à quelques mètres des périmètres de protection

Je demande à tous nos « responsables »  d’arrêter l’usage des pesticides dans ou à coté des périmètres de protection :

  • ex DDE ou Conseil général du Rhône pour la route départementale
  • SNCF ou CCI pour la voie ferrée
  • Mairie de Villefranche-sur-Saône pour les trottoirs
  • APRR pour l’autoroute

Quand on a 23 pesticides différents dans un même captage, il faut agir!

Publicités

29 août 2010 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Pesticides | Laisser un commentaire

Décharge illégale dans le périmètre de protection rapprochée de Villefranche

La quatrième infraction à l’arrêté préfectoral n°2009-1954 du 25 février 2009 est grave. Une décharge illégale est en activité à l’intérieur du périmètre de protection rapprochée des captages de Beauregard. Cette décharge consiste à remblayer un plan d’eau phréatique (en liaison directe avec la nappe captée pour l’eau potable). Elle est parfaitement visible à 20 m de la route, et est située  sur la commune de Villefranche-sur-Saône (maire Monsieur Bernard Perrut). Rappel, le maire est le responsable de la police des déchets sur sa commune, le préfet est le responsable de la police sanitaire (infraction à l’arrêté préfectoral).

Décharge illégale à l'intérieur du périmètre de protection rapprochée sur la commune de Villefranche-sur-Saône. Photo du 23/07/2010

Déchets divers, non inertes, déposés dans le plan d'eau temporaire (23/07/2010)

Résidus d'incinération, mâchefers, emballages de produits chimiques (pesticides, engrais?), déchets verts déposés lors de l'été 2010 (photo prise le 15/08/2010)

Situation le 29/08/2010, la décharge continue de se remplir (nouveaux déchets non inertes vus). Les autorités comme d’habitude ne font rien pour arrêter cela, et protéger notre santé et celle de millions de bébés nourris avec des aliments fabriqués avec l’eau polluée.

Je demande que le préfet et le maire de Villefranche-sur-Saône stoppent l’arrivée des déchets dans la décharge, et procèdent à la dépollution du site dans les règles de l’art (pas selon la procédure locale d’enterrement de tous les scandales sanitaires  et de dénigrement des lanceurs d’alerte). Des déchets dangereux sont susceptibles d’être enterrés dans la nappe phréatique, car d’après la carte IGN, le plan d’eau phréatique faisait autrefois 5 fois la surface actuelle.

29 août 2010 Posted by | Eau, Eau Villefranche | Laisser un commentaire

Arrêté préfectoral non respecté et tromperie des usagers

Dans le Beaujolais, le non-respect des arrêtés préfectoraux est courant (Regemat, installations classées…). Depuis des années, des citoyens appellent le préfet du Rhône et le sous-préfet de Villefranche à rétablir l’autorité de l’Etat dans la région.

Aujourd’hui les infractions concernent l’arrêté préfectoral n°2009-1954 du 25 février 2009 sur les périmètres de protection des captages d’eau de Villefranche-sur-Saône. L’infraction la plus visible est le non-respect des prescriptions du périmètre de protection immédiate.

« Article 3.1 :  périmètre de protection immédiate

tous travaux, activités… sont interdits »

Donc les cultures intensives avec utilisation des pesticides sont interdites. Or, en juillet et août 2010, nous avons constaté des cultures intensives de céréales (blé probablement), de maïs et de salades  à l’intérieur du périmètre immédiat (la CAVIL a 5 ans pour acheter les terrains, mais les prescriptions s’appliquent immédiatement d’après l’arrêté de février 2009).

La preuve par des photos :

Cultures intensives de céréales (blé probablement) à l’intérieur du périmètre de protection immédiate. Au fond le puits 14. Photo du 15/08/2010 (céréales déjà récoltées)

Gigantesque champ de maïs intensif à l’intérieur du périmètre de protection immédiate. A droite, la clôture de l’ancien périmètre et les captages de Villefranche. Photo du 15/08/2010.

Dans ce champ, les multiples pesticides du maïs ont été déposés à moins de 1 m de la limite de l’ancien périmètre. Quand on sait que l’eau de Villefranche contient 23 pesticides différents (record mondial ?) et que certains de ces toxiques se retrouvent des biberons de millions de bébés, je me demande si nos responsables ne sont pas devenus fous. Pourquoi laissent-ils faire cela?

Cultures intensives de salades (avec beaucoup de pesticides) à l’intérieur du périmètre de protection immédiate. Au fond les puits de captage. Photo du 15/08/2010

Toujours à quelques mètres de la clôture de l’ancien périmètre, des cultures maraichères intensives sont illégalement présentes. Quand on voit le sol, on imagine la quantité énorme de pesticides qu’il faut pour faire pousser des salades comme cela. Ces pesticides se retrouvent dans l’eau de Villefranche, et donc dans les aliments pour bébés fabriqués avec l’eau. Je fais régulièrement visité ces salades. Ces personnes sont alors profondément choquées : comment peut-on déposer des pesticides à quelques mètres de captages alimentant des bébés dans le monde entier. Des cinéastes allemands sont venus, ils n’arrivaient pas à comprendre, cela est tellement inconcevable dans leur pays. Quand on leur explique que ces cultures sont illégales, ils comprennent encore moins!

Encore plus grave, la tromperie des usagers. Chaque année, ils reçoivent une feuille sur la  qualité de l’eau avec leur facture Veolia (normalement car en 2009, Veolia n’a rien envoyé, à la place du document de la DDASS, Veolia avait mis le résultat d’un sondage disant que les français étaient majoritairement satisfaits de la qualité de leur eau).

Document DDASS 69, reçu en juillet 2010 : « La ressource en eau bénéficie de périmètres de protection qui ont été révisés et déclarés d’utilité publique par arrêté préfectoral du 25 février 2009. »

Donc le citoyen, qui fait confiance à l’Etat, croit que les prescriptions de l’arrêté sont respectées. Or cela est faux, le consommateur  d’eau est donc trompé. Rappel : la tromperie des consommateurs est un délit.

29 août 2010 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Pesticides, Qualité de l'eau potable | 2 commentaires

   

%d blogueurs aiment cette page :