Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Grand’O de Lyon ?

Je viens de tomber sur le site de Grand’O de Lyon : http://www.grandodelyon.org/

Vraiment étonnant, on apprend que l’eau de Lyon c’est :

100 % qualité : Ils parlent peut-être de la mauvaise qualité de l’eau du robinet.  Rappel : l’eau de Lyon est principalement l’eau du Rhône (1), l’un des fleuves les plus pollués de France : 37 pesticides en amont du captage de l’eau, une pollution au PCB bien connue, des HAP, du mercure, des perturbateurs endocriniens…

Les captages sont en plus pollués par la nappe de l’est lyonnais, qui rajoute des métaux lourds et des solvants chlorés dans l’eau du robinet : tétrachloréthylène, tétrachlorure de carbone, trichloroéthane…

Par exemple, l’eau du robinet le 3 décembre 2009 : tétrachloréthylène = 1,1 µg/l, phénantrène (HAP) = 0,021 µg/l, plus bien d’autres polluants.

Cette eau polluée est distribuée sans aucun traitement (Lyon est donc si pauvre que ça), à part du chlore qui rajoutent des produits cancérigènes et perturbateurs endocriniens dans l’eau, par exemple le chloroforme.

100 % économique : ont-ils compté le coût des conséquences potentielles sur la santé des polluants présents dans la Grand’O de Lyon ?

100 % durable : l’eau de 1,1 million d’habitants du Grand Lyon est légèrement filtrée par le sable entre le Rhône et les puits de captage. A chaque seconde, ce filtre se remplit et les polluants (mercure, pesticides, HAP, PCB, perturbateurs endocriniens…) s’accumulent dans la nappe, et progressent lentement vers l’eau du robinet. Déjà, les HAP (cancérigènes) polluent la Grand’O de Lyon. Dans l’avenir, de plus en plus de contaminants vont polluer la grande eau de Lyon, avec des relargages brusques de produits toxiques (phénomène bien connu).

Une chose est certaine : l’eau du robinet de Lyon n’est pas durable.

Dans le dossier de presse remis par le Grand Lyon aux journalistes, c’est le grand délire. On y apprend que la Grand’O de Lyon est l’eau des glaciers alpins (je ne vois pas où pourraient être ces glaciers).

« L’eau des Alpes nous arrive en suivant le Rhône, par une nappe phréatique ayant le même débit que le fleuve, soit 800 m3/seconde. Elle est constituée de massifs de sables et de graviers filtrants, qui la dépolluent et la minéralise au fur et à mesure de son avancée. » 

Tout cela n’est que mensonge. L’eau de Lyon est principalement l’eau du Rhône (1), fleuve très pollué.

(1) L’eau du Rhône s’infiltre dans les berges du fleuve ou dans les berges des 3 canaux artificiels autour du champ captant, ou dans les bassins d’infiltration construits par le Grand Lyon au milieu du champ captant. L’eau transite ensuite dans les sables et graviers, puis elle est pompée dans les puits de captage, et envoyée dans le réseau d’eau potable après un ajout de chlore. Une petite partie de l’eau pompée ne vient pas du Rhône, mais de la nappe de l’est lyonnais (couloir de Meyzieu). Cette nappe, polluée par les solvants chlorés, apporte du tétrachloroéthylène dans l’eau du robinet.

Publicités

19 mars 2010 - Posted by | Eau, Eau Lyon, Micropolluants, Pesticides, Polluants, Tétrachloréthylène

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :