Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Carte de qualité faussée

Carte de la DDASS de la qualité de l'eau distribuée pour les pesticides

 La carte précédente est un document public diffusé par la DDASS du Rhône : http://rhone-alpes.sante.gouv.fr/rhone/sante_environnement/pdf/qualite_eau_potable_2007.pdf

La tâche rouge au milieu, c’est Villefranche-sur-Saône et sa région (CAVIL et SIEOV). Problème : la DDASS indique seulement 2 molécules détectées, lors que dans la réalité 11 molécules différentes ont été détectées dans l’eau (analyses européennes de 2007). Les seuils de détection trop élevés des analyses DDASS faussent donc l’information des consommateurs.

Plus grave, le Grand Lyon a été entièrement mis en vert = absence de détection de pesticides. Cette soi-disant absence est due au seuil très haut de 30 ng/l des analyses DDASS. Si on descendait à 20 ng/l comme pour les analyses européennes, ou à 6 ng/l comme cela est possible, on détecterait de l’atrazine et certains autres des 37 pesticides du Rhône, et de leurs produits de dégradation. Bien sûr cela ne ferait pas plaisir au Grand Lyon et à VEOLIA, qui clament depuis des dizaines d’années que l’eau de Lyon est excellente.

La preuve. En 1997,  6 analyses indépendantes ont été faites dans l’un des puits d’eau potable du Grand Lyon : 5 détections d’atrazine et 3 détections de déséthyl-atrazine (produit de dégradation de l’atrazine). Ces analyses indépendantes ont été supprimées après. Pourquoi? Et ce n’est pas tout, du mercure (0,1 µg/l), du cadmium, (1 µg/l), du chrome (10 µg/l), du cuivre (6 détections, max 110 µg/l), plus 78 détections de solvants chlorés, dont du tétrachlorure de carbone (très toxique), du tétrachloréthylène…, ont été mesurés dans l’eau de Lyon. Les détections de métaux lourds sont très rares en France dans les captages d’eau potable. En détecter autant, dans un seul puits de captage, montre bien que l’eau de l’agglomération lyonnaise n’est pas aussi bonne que cela.

Publicités

25 novembre 2009 - Posted by | Eau, Eau Lyon, Mercure, Pesticides, Qualité de l'eau potable

Un commentaire »

  1. Je suis entrain de faire un dossier sur ce problème d’analyses. Actuellement, je peux vous informer des premiers résultats obtenus auprès de maires, ingénieurs, administrations : il n’y a pas de relation DIRECTE entre les produits chimiques analysés et les produits susceptibles d’être présents LOCALEMENT.

    On s’aperçoit bien souvent que les analyses sont trop nombreuses et non ciblées. En conséquence, notre eau du robinet contient des pesticides et probablement à très forte dose ( surtout à la campagne ou des analyses de pesticides ne sont pas faites – par exemple en milieu viticole du côté de … : un vrai scandale ).

    NE BUVEZ JAMAIS L’EAU DU ROBINET SANS AVOIR LA CERTITUDE QUE TOUS LES PESTICIDES UTILISES SUR VOTRE COMMUNE, AUX GRANDS ALENTOURS DES CAPTAGES, ONT BIEN ETE ANALYSES.

    Un second gros problème : on nous fait croire que l’eau rejetée par les stations d’épuration et les fosses septiques serait de l’eau saine. Ce qui est chimiquement FAUX. Les pesticides et autres produits chimiques sont rejetés en grand nombre dans les rivières et nappes phréatiques. Quel avenir pour l’Environnement ( et j’y inclus l’Homme ) ?

    Nos politiques n’ont pas d’alternative à proposer, alors ils nient des évidences.

    Commentaire par igepac | 4 décembre 2009 | Réponse


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :