Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Les égouts de Pommiers

La pollution du centre de vaccination est petite par rapport à la pollution des égouts du Syndicat de la Galoche (commune de Pommiers). Après de petits orages, la station d’épuration ne fonctionne plus, et les égouts bruts sont déversés dans la rivière de la Galoche, puis dans le Merlon, puis dans le Morgon, puis dans la Saône. En 2006, suite à un petit orage de 10 min, la pollution a été suivie jusqu’à l’entrée de Villefranche, elle atteint donc la Saône. Depuis la mise en service de la « station d’épuration », les quantités de polluants envoyés dans la Saône sont donc énormes. Quelques km en aval, en bordure de Saône, il y a les captages des 105 000 usagers du Syndicat Rhône Turdine (dont les habitants de Pommiers, qui comme les habitants de la CCBNM,  boivent leurs propres égouts).

Autrefois, la vallée de la Galoche avait des petites stations d’épuration qui fonctionnaient correctement. La preuve était la qualité 1A (= EXCELLENTE) de la Galoche à Gleizé. En 1998 avec des habitants de Gleizé, je me suis opposé à la destruction des petites stations performantes, et la construction d’une nouvelle (par VEOLIA bien sûr, on est à quelques km de Villefranche) qui n’a jamais fonctionné. Aujourd’hui, la Galoche n’est plus qu’un égout saturé de boues fécales.

Quelques photos prises en 2006 (la pollution est bien pire que celle du palais des sports!). Aujourd’hui, la pollution continue. Il y a une semaine, le lit de la Galoche était encore saturé de boues fécales.

En aval du rejet de la "station d'épuration" de Pommiers

Sur des centaines de mètres, le lit de la Galoche est saturé de cette boue fécale (en fait la plupart de la pollution se retrouve dans la Saône)

Matière fécale brute pêchée dans la Galoche (preuve que la station d'épuration ne fonctionne pas)

Depuis 3 ans, tout a été fait pour faire cesser cela (article dans la presse, action en justice…), sans aucun résultat. La police de l’eau n’est jamais venue constater avec nous les pollutions. La police de l’eau est la DDAF, qui est le maître d’œuvre de la station d’épuration et du réseau d’assainissement (position de « JUGE ET PARTIE »). Cette pollution est due à une mauvaise conception du système d’assainissement global.

Publicités

29 novembre 2009 Posted by | Eau Villefranche, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

En longeant le Nizerand

Sur la rivière du Nizerand, quand ça s’arrange d’un coté (après 3 ans de lutte, il n’y a plus actuellement de rejet d’eau polluée sortant du collecteur de la rue Grange Morin), ça se dégrade d’un autre.

Pollutions en descendant le Nizerand

Le 07/10/2009, rejet illégal des WC du palais des sports de Villefranche-sur-Saône, aujourd'hui utilisé comme centre de vaccination. On voit clairement les matières fécales en marron, et le lit de la rivière saturé de papiers WC sur une épaisseur mesurée de 30 cm

Rejet d'eaux usées illégal sur la commune d'Arnas

Autre rejet illégal dans le Nizerand à Arnas

Rejet industriel (métaux lourds, peinture, solvants) dans le Nizerand, permanent depuis des années

Rejet industriel pollué dans le Nizerand (7 octobre)

Même rejet industriel à Arnas (23 novembre)

Autre rejet industriel (eau claire en amont sur la gauche)

Autre rejet industriel (eau claire en amont sur la gauche)

Pellicules flottantes (colle?), il y en partout en permanence sur le Nizerand dans la ZI d'Arnas

 Une partie de cette colle (?) provient d’un autre rejet industriel (pas de photographie dans cet article).

Toutes ces pollutions actuelles se retrouvent dans les captages d’eau potable de Villefranche et de 60 000 usagers. Depuis des années, nous demandons aux Maires, aux pouvoirs publics de faire cesser cela, mais aucune action efficace n’est menée.

28 novembre 2009 Posted by | Eau Villefranche, Qualité de l'eau potable | Laisser un commentaire

Le centre de vaccination de Villefranche-sur-Saône rejette ses égouts en amont des captages d’eau potable

Depuis 10 ans, des usagers dénoncent la gestion scandaleuse de la ressource locale en eau, mais là un nouveau cap vient d’être franchi. Le centre de vaccination de Villefranche-sur-Saône (60 000 personnes vaccinables) a été installé dans des locaux non reliés au réseau d’assainissement. Les eaux usées du centre se rejettent par un tuyau directement dans la rivière du Nizerand. Cette rivière est actuellement presque à sec, et donc les eaux usées s’infiltrent dans la nappe phréatique, qui est captée en aval pour alimentation en eau des 60 000 usagers de la région.

Après le fonctionnement du centre, hier mercredi, toute la journée, l’état de la rivière est lamentable. Sur des dizaines de mètres, on trouve des matières fécales, du papier blanc (papiers hygiéniques, mais l’énorme quantité pose la question d’un éventuel usage après la vaccination, donc susceptibles d’être contaminés par des produits médicaux), des serviettes hygiéniques…

Rejet direct des égouts du centre de vaccination dans le Nizerand (eau potable de la ville)

Egouts du centre de vaccination de Villefranche (papiers hygiéniques blancs)

Lit du Nizerand plein des rejets des égouts du centre de vaccination

Sur les photos, l’eau est claire car le centre est fermé depuis une journée. Il ne reste que les matières solides. Quand le centre fonctionne, avec des centaines de personnes présentes, l’eau de la rivière est dans un état infect.

Le centre est installé dans le palais des sports de la ville de Villefranche-sur-Saône. Malgré un tuyau proche menant à la station d’épuration, le palais des sports n’a jamais été raccordé au réseau public d’assainissement. Les eaux des WC et des lavabos sont rejetées directement dans la rivière sans aucun traitement. En 2006, nous l’avions signalé aux élus, à l’administration, mais ils n’ont rien fait pour sortir de l’illégalité (c’est bien sûr totalement illégal). Le 7 octobre 2009, de nouveau le Maire de Villefranche et la presse ont été prévenus, mais comme d’habitude, rien n’a été fait pour résoudre le problème.

Centre de vaccination dans le palais des sports de Villefranche-sur-Saône

Matières fécales brutes (flottants marrons) à la sortie de l'égout du palais des sports

ECO-RESPONSABLE EXEMPLAIRE?

29/11/2009 : La première photo a été flouée. Pour les personnes choquées, ce spectacle est courant dans le Beaujolais. Il faut donc publier ces photos pour faire cesser ces pollutions publiques illégales. Dans notre région, des tuyaux d’assainissement (= envoyer ses déchets chez les autres) publics,  et  des « stations d’épuration » qui n’épurent rien du tout, rejettent le contenu des WC directement dans les rivières. Un seul conseil, enlever le bandeau que vous avez devant les yeux, puis demander à votre Maire d’agir.

02/12/2009 : Enfin, les travaux de raccordement des égouts du centre de vaccination vers la station d’épuration ont démarré. Aujourd’hui, il y avait une pelle mécanique et des camions. Dans quelques jours au maximum, les eaux usées du centre de vaccination et du palais des sports ne se déverseront plus dans la rivière du Nizerand. D’après la ville de Villefranche et la CAVIL, les travaux ne sont pas une conséquence du présent message du 26 novembre, mais de l’envoi de l’email de 7 octobre au Député-maire de Villefranche et aux responsables de la CAVIL. Presque 2 mois pour réaliser des travaux aussi simples, c’est une honte et cela montre à quel point l’environnement et la protection de l’eau potable ne sont pas des priorités. Que l’Etat ait pu ouvrir le centre de vaccination le 12 novembre alors qu’il savait que les WC était déversés directement dans une rivière captée en aval pour l’eau potable est incompréhensible.

Autre problème : les papiers blancs, regardez la première photo, ils n’ont pas l’air naturel. En fait, il s’agit de papiers contenant probablement des produits chimiques appelés azurants optiques, substances fluorescents bleues qui donnent un papier « plus blanc que blanc ». Ces produits, certains cancérigènes, vont donc bientôt se retrouver dans l’eau potable de 60 000 habitants, quelques polluants en plus des centaines déjà présents dans l’eau distribuée.

Depuis quelques jours, l’eau distribuée a un goût bizarre. VEOLIA et la DDASS n’ont-ils pas augmenté le chlore dans l’eau à cause de la pollution du centre de vaccination? Non, d’après VEOLIA. Une pollution organique a donc touché le réseau d’eau de Villefranche. Cela entraîne la formation de dizaines de polluants organochlorés et cancérigènes. Donc pour éviter un risque bactériologique immédiat, on provoque des cancers dans quelques dizaines d’années!

26 novembre 2009 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Qualité de l'eau potable, Uncategorized | Laisser un commentaire

Carte de qualité faussée

Carte de la DDASS de la qualité de l'eau distribuée pour les pesticides

 La carte précédente est un document public diffusé par la DDASS du Rhône : http://rhone-alpes.sante.gouv.fr/rhone/sante_environnement/pdf/qualite_eau_potable_2007.pdf

La tâche rouge au milieu, c’est Villefranche-sur-Saône et sa région (CAVIL et SIEOV). Problème : la DDASS indique seulement 2 molécules détectées, lors que dans la réalité 11 molécules différentes ont été détectées dans l’eau (analyses européennes de 2007). Les seuils de détection trop élevés des analyses DDASS faussent donc l’information des consommateurs.

Plus grave, le Grand Lyon a été entièrement mis en vert = absence de détection de pesticides. Cette soi-disant absence est due au seuil très haut de 30 ng/l des analyses DDASS. Si on descendait à 20 ng/l comme pour les analyses européennes, ou à 6 ng/l comme cela est possible, on détecterait de l’atrazine et certains autres des 37 pesticides du Rhône, et de leurs produits de dégradation. Bien sûr cela ne ferait pas plaisir au Grand Lyon et à VEOLIA, qui clament depuis des dizaines d’années que l’eau de Lyon est excellente.

La preuve. En 1997,  6 analyses indépendantes ont été faites dans l’un des puits d’eau potable du Grand Lyon : 5 détections d’atrazine et 3 détections de déséthyl-atrazine (produit de dégradation de l’atrazine). Ces analyses indépendantes ont été supprimées après. Pourquoi? Et ce n’est pas tout, du mercure (0,1 µg/l), du cadmium, (1 µg/l), du chrome (10 µg/l), du cuivre (6 détections, max 110 µg/l), plus 78 détections de solvants chlorés, dont du tétrachlorure de carbone (très toxique), du tétrachloréthylène…, ont été mesurés dans l’eau de Lyon. Les détections de métaux lourds sont très rares en France dans les captages d’eau potable. En détecter autant, dans un seul puits de captage, montre bien que l’eau de l’agglomération lyonnaise n’est pas aussi bonne que cela.

25 novembre 2009 Posted by | Eau, Eau Lyon, Mercure, Pesticides, Qualité de l'eau potable | Un commentaire

Seuils de détections

Nous avons vu précédemment que les seuils de quantification élevés du contrôle sanitaire faussaient les résultats, en particulier pour la limite de qualité sur le total des pesticides.

Ces seuils peuvent facilement être abaissés. Quelques exemples :

D’après « la référence des professionnels », le Rodier, « L’Analyse de l’eau », 9e édition, 2009, le seuil de détection de l’atrazine est de 6 ng/l (par CG, en page 548). Hors la DDASS du Rhône demande au laboratoire un seuil de 30 ng/l. Cela fausse le résultat sur le total des pesticides, et permet de dire qu’il n’y a pas de pesticides dans l’eau des 1,1 million d’habitants du Grand Lyon.

En 2004, l’AFSSA (Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a réalisé de nombreuses analyses avec les seuils suivants :

  • Tétrachloroéthylène : 2 ng/l (seuil DDASS 69 : 500 ng/l, et norme 60 ng/l d’après Article R1321-2 du CSP)
  • Benzo(a)pyrène : 0,8 ng/l (seuil DDASS 69 : 10 ng/l, et norme 10 ng/l)
  • Métolachlore : 8 ng/l (seuil DDASS 69 : 35 ng/l, et norme 100 ng/l)

Autre aberration : métolachlore ESA, OA : aucune analyse de la DDASS 69. Cela est grave, car ces produits de dégradation de pesticides sont parfaitement connus et analysés en Allemagne, en Angleterre, aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, et la France refuse de les rechercher dans l’eau potable, alors que c’est obligatoire d’après la réglementation européenne (produits de dégradation pertinents).

24 novembre 2009 Posted by | Eau, Eau Lyon, Eau Rhône, HAP, Pesticides | Laisser un commentaire

Comparaison entre les analyses DDASS et les analyses européennes

En France, la qualité du contrôle sanitaire est contestée régulièrement. La principale critique concerne les seuils de détection des polluants qui sont trop élevés. La DDASS prend une concentration en un pesticide égale à zéro, alors que ce pesticide est présent dans l’eau juste en dessous du seuil de détection. La somme des concentrations en pesticides est donc fausse. La norme sur le total des 300 pesticides existants ne peut donc être vérifiée. Fréquemment, des polluants présents en amont des captages d’eau ne sont pas recherchés. L’eau est donc qualifiée de potable, alors qu’elle serait non-potable si ces polluants étaient analysés dans l’eau.

Cependant des preuves sont nécessaires pour affirmer que les analyses DDASS officielles sont faussées. A Villefranche-sur-Saône, ces preuves existent. En 2007 et 2008, deux organismes différents ont analysé la même eau brute des captages.

Les résultats sont sans appel :

  • 7,5 détections de pesticides par analyse, et 14 pesticides différents détectés, par le Réseau de Contrôle européen (RC).
  • 1,3 détection de pesticides par analyse, et 3 pesticides différents détectés, par le contrôle sanitaire (DDASS).

Les analyses DDASS officielles, qui sont les seules utilisées pour nous affirmer en permanence que l’eau est potable et de très bonne qualité, sont donc insuffisantes.

Sur exactement la même eau, la DDASS détecte 6 fois moins de pesticides que les analyses européennes. La concentration totale moyenne en pesticides est 3 fois moins élevée dans les analyses DDASS (0,07 µg/l)  que dans les analyses européennes (0,21 µg/l).

A Villefranche-sur-Saône, et dans tout le département du Rhône, le contrôle sanitaire est insuffisant, et les résultats officiels faux pour quantifier le total des pesticides. Cela est extrêmement grave, car la santé (et même la vie sur le long terme)  de 1,5 millions de personnes est menacée par cette non-qualité prouvée.

La cause du problème a été recherchée. Les seuils de détection trop élevés pour le contrôle sanitaire sont l’unique cause des résultats faussés. Les deux laboratoires ont parfaitement respecté leurs cahiers des charges (seuils de détection et de quantification), ils ne sont donc pas responsables du grave problème. Leurs clients (les communes, l’Etat ou la DDASS), qui commandent les analyses avec ces seuils trop élevés, sont les uniques responsables des résultats erronés.

Par deux fois (21/03/2005 et 12/07/2005), la norme de 0,5 µg/l pour le total des pesticides a été dépassée par les analyses européennes, alors que la DDASS n’a détecté aucun dépassement de norme (max 0,2 µg/l le 06/07/2005). Si on ajoute tous les produits de dégradation des 22 pesticides de l’eau captée, et des 72 pesticides de l’eau en amont des captages, il est probable que l’eau de Villefranche-sur-Saône est en permanence au-dessus de la norme.

Le cas des 1,1 million d’habitants alimentés par les captages du Grand Lyon est inquiétant. Certains des 37 pesticides détectés dans le Rhône, à des concentrations parfois énormes (19 pesticides au-dessus de la norme de 0,1 µg/l), devraient se retrouver dans l’eau des lyonnais, alors que la DDASS ne trouve rien. Lyon n’a pas la chance d’avoir des analyses européennes indépendantes. Elles existaient autrefois mais elles ont été supprimées en 2000.

Cette comparaison apporte la preuve que les analyses sanitaires officielles sont erronées dans tout le département du Rhône.

15 novembre 2009 Posted by | Eau, Eau Lyon, Eau Villefranche, Pesticides, Qualité de l'eau potable | Laisser un commentaire

Malpasset, catastrophe de l’incompétence?

L’anniversaire des 50 ans de la catastrophe de Malpasset à Fréjus aura lieu dans quelques jours, et les médias n’en parlent pas beaucoup. Le 2 décembre 1959, le barrage de Malpasset a cédé, faisant plus de 400 morts, l’une des plus grandes catastrophes civiles françaises.

Quels rapports avec l’eau dans le Rhône? Deux au moins :

D’après des professionnels des barrages, la catastrophe était prévisible et évitable. Des relevés de géomètre étaient faits sur le barrage. Ces mesures montraient que le barrage allait casser. Cependant, les relevés étaient rangés bien consciencieusement dans une armoire, sans être exploités. Suite à cela, l’intégralité de la gestion des barrages français a été confiée à EDF, qui avait le personnel compétent pour éviter une nouvelle catastrophe. Cette version du drame est bien différente de la version officielle. En 1971, le Conseil d’Etat rendait coupable ‘l’imprévisible nature ».

Ce qui se passe actuellement pour la qualité de l’eau potable à Villefranche, dans le Rhône et en France n’est-il pas équivalent? Des milliers de personnes, où même beaucoup plus, pourraient être malades ou mourir à cause de la pollution de l’eau dite potable. Toutes les mesures sont là, et n’y a-t-il pas de l’incompétence à ne pas agir?

L’autre problème local est l’immense barrage illégal fait de 2,6 millions de tonnes de déchets à Anse, qui barre le lit majeur de la Saône. En cas d’un autre barrage involontaire sous le pont d’Anse, des inondations exceptionnelles, bien plus importantes de celles de 1840, toucheraient toute la vallée de la Saône. Pour évaluer le malheur des populations, lisez les récits de celles 1840, c’est horrible. Au maximum de la crue, le pont (qui n’a pas été conçu pour résister comme un vrai barrage) pourrait céder. Une immense vague dévasterait les vallées de la Saône et du Rhône en aval (des milliers de morts possibles?). La ville de Lyon pourrait être en partie détruite, quartiers du Vieux Lyon et de la Presqu’ile. Déjà en 1840, la Saône passait à travers la Presqu’ile pour rejoindre le Rhône.

Récit d’une enfant rescapée de Malpasset (paru dans le journal la Croix) : « Le soir du drame, une enfant, alors âgée de 12 ans, était dans la maison familiale, à 8 km du barrage, tout occupée à repriser des chaussettes. Quand elle a entendu un grondement continu, aussi assourdissant qu’une explosion. Pas le temps d’aller à la fenêtre. Les murs et l’eau se sont abattus sur moi,  raconte-t-elle. Lorsque la fillette a repris ses esprits, elle se trouvait à 1 km de là, près de la nationale 7. Ses habits avaient été arrachés par les innombrables débris que charriaient les eaux. Dans cette nuit noire et froide, j’ai cru que la fin du monde était venue. Pour elle, en effet, un monde a pris fin. A 21 h, vous êtes heureux en famille. A 22h, vous n’avez plus rien. Père, mère, oncle, tante, cousines s’en sont allés. En attendant des secours qu’elle n’espère plus, elle passera 2 heures, peut-être plus, blottie, contre un de ses frères, 15 ans, que la vague a cueilli dans son sommeil avant de l’abandonner à la boue,  à quelques dizaines de mètres de sa cadette. Envoyée dans un internat pour jeunes filles à Cannes, loin de ses 2 frères scolarisés à Marseille… elle songe alors à mourir, en veut à Dieu, à ses parents qui l’ont laissée en vie, pendant que tant d’autres ont péri. »

15 novembre 2009 Posted by | Eau | Un commentaire

Conférence de Marc Laimé à Villefranche le 10 décembre

Conférence-débat : « À boire ! » Eau, pollution et santé à Villefranche et dans le monde

Jeudi 10 décembre 2009 – 20h – Cinéma Les 400 coups

Avec Marc Laimé, expert et conseil en politiques publiques de l’eau, journaliste spécialiste des problèmes de l’eau, auteur de divers ouvrages et enquêtes, rédacteur du blog www.eauxglacees.com

 Organisée par le Collectif beaujolais des usagers de l’eau

 Entrée : 4 euros / 2 euros pour les faibles revenus

 Résumé de la conférence de Marc Laimé :

« Rejets industriels, produits chimiques, métaux lourds, pesticides, nitrates, phosphates, médicaments…, ces substances polluantes sont chaque année plus massivement présentes dans les eaux de surface et les eaux souterraines. Elles posent un véritable problème sanitaire, qui pourrait conduire à une crise de santé publique. L’agriculture, l’industrie, les transports, l’aménagement, la croissance économique et leur impact sur nos modes de vie sont à l’origine d’une dégradation des ressources en eau aujourd’hui combattues par le recours à des technologies curatives de plus en plus sophistiquées et dispendieuses. Et si nous faisions fausse route? La fuite en avant dans la dépollution industrielle ne résout rien. Seule une remise en cause radicale de notre modèle de développement permettra de recouvrer un bon état écologique et chimique de toutes les masses d’eau, comme nous y engage la Directive-cadre européenne sur l’eau pour l’horizon 2015. »

 Le Collectif beaujolais des usagers de l’eau présentera ses objectifs et des données sur la qualité de l’eau potable à Villefranche-sur-Saône et environs.

Cinéma Les 400 coups  – 60 rue de la Barmondière   –   69400 Villefranche-sur-Saône

12 novembre 2009 Posted by | Eau, Eau Villefranche | Laisser un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :