Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

De nouveaux HAP dans notre eau potable

Les dernières analyses du contrôle sanitaire ont montré la présence de nouveaux HAP aux robinets des usagers de Villefranche-sur-Saône et environs. HAP : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, polluants dont certains sont cancérigènes.

Le 31 juillet 2009, au centre de Villefranche (première détection de ces 2 polluants dans l’eau distribuée par la CAVIL)

  • Fluorène : 12 ng/l
  • Méthyl(2) fluoranthène : 11 ng/l

Le 30 juin 2009, à Liergues (eau distribuée par le SEOV) :

  • Fluoranthène : 14 ng/l. Phénantrène : 34 ng/l. Première détection de HAP dans l’une des 9 communes du Syndicat des Eaux de l’Ouest de Villefranche : preuve d’une nouvelle dégradation de la qualité l’eau distribuée

Il n’y a aucune norme sur ces 3 paramètres, donc l’eau est donc « conforme ». Cependant, quand il y a un HAP, il y a les autres à coté, en particulier le benzo(a)pyrène (cancérogène certain pour l’homme, groupe 1 du CIRC Centre International de Recherche sur le Cancer). Or la norme française pour le benzo(a)pyrène est 10 ng/l, et le seuil de détection du laboratoire est aussi 10 ng/l. Donc il peut y avoir ce produit dangereux à 9 ng/l (plus les actions combinées des dizaines d’autres polluants détectés dans l’eau), et l’eau est toujours « conforme ».

Déjà le 1 octobre 2007, 57 ng/l de fluoranthène avaient été détectés au robinet de la cuisine de la Chambre de Commerce (https://leau.wordpress.com/2007/12/09/les-hap-nouveaux-polluants-de-l%e2%80%99eau-distribuee-par-la-cavil/).

Au total 23 micropolluants ont été détectés dans l’eau de Villefranche : tétrachloréthylène, trichloréthylène, dichloréthylène-1,1 , trichloréthane-1,1,1 , dichloéthane-1,1 , tétrachlorure de carbone, dichlorométhane, chloroforme, benzène, xylène-méta, naphtalène, dibromoéthane-1,2 , dichloroéthane-1,2 , trichloroéthane-1,1,2 , trichlorotrifluoréthane, dichloroéthylène 1,2cis, bromoforme, dichlromonobromométhane, dibromomonodichlrométhane, fluoranthène, fluorène,  méthyl(2) fluoranthène, phénantrène (plus des hydrocarbures 11 µg/l le 06/01/2005).

A cela s’ajoutent des dysfonctionnements de l’usine de traitement d’eau exploitée par une entreprise privée, le manganèse n’est pas éliminé, et une forte concentration en aluminum est envoyée au robinet des usagers (analyses du 03/10/2008 et du 03/04/2007)

Je rappelle qu’il n’y a aucun danger à court ou moyen terme de boire ou utiliser l’eau de Villefranche. Les risques pour la santé sont uniquement à long terme (cancers, stérilité…).

Publicités

27 octobre 2009 Posted by | Aluminium, Eau, Eau Villefranche, HAP, Micropolluants, Polluants, Qualité de l'eau potable | Laisser un commentaire

Nouveau pesticide dans l’eau de Villefranche

En mars 2009, un nouveau pesticide, le chlortoluron, a été détecté dans l’eau des captages de Villefranche-sur-Saône. Six pesticides étaient présents dans l’eau analysée.

Au total, 22 pesticides différents ont été détectés dans l’eau de Villefranche-sur-Saône. Ce triste record devrait inciter les autorités à agir, mais toujours rien. Aucune action de terrain n’est menée pour résoudre ce problème.

Liste des pesticides : atrazine, atrazine-déséthyl, atrazine-déisopropyl, dichloropropène-2,3, diuron, terbuthylazine-hydro, métolachlor, oxadixyl, simazine, simazine-hydroxy, tébutame, asulame, 2,6-dichlorobenzamide, linuron, métoxuron, bromacile, 2-hydroxy-atrazine, deisopropyl-déséthyl-atrazine, lenacile, terbuthylazine-déséthyl, carbofuran, chlortoluron.

18 octobre 2009 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Pesticides, Polluants, Qualité de l'eau potable, Villefranche-Beaujolais | Un commentaire

Enquêtes publiques à Anse

Trois dossiers d’enquêtes publiques sont disponibles à la mairie d’Anse. La principale se termine de 26 octobre. Ces enquêtes concernent l’ancien site REGEMAT à Anse. 

La commune d’Anse possède environ 500 000 m2 de terrain en zone inondable dans le lit majeur de la Saône, donc normalement non aménageable. A partir de 1995-1997, environ 250 000 m2 ont été remblayés en toute illégalité : infractions au code de l’urbanisme, à la loi sur l’eau, à la législation sur les installations classées, au PERI (Plan d’Exposition au Risque d’Inondation). L’objectif (d’après moi) était de permettre des opérations immobilières sur ces terrains. Ces remblaiements, SOREAL et REGEMAT, ont duré jusqu’en 2005 (calcul à 2 600 000 tonnes), sans aucune action efficace des pouvoirs publics (Préfet, Maire) pour les arrêter. Des déchets divers ont également été apportés par l’entreprise REGEMAT. Les conséquences environnementales de ces travaux illégaux sont considérables d’après moi, des millions d’habitants des vallées de la Saône et du Rhône pourraient être menacés par des inondations.

D’après les autorités, l’objectif de deux des enquêtes serait de réparer une toute petite partie des dégâts, donc des travaux apparemment positifs. Le négatif est que ces enquêtes légalisent les remblais illégaux, donc le coup de force pour rendre constructibles les terrains. L’autre point négatif est que les habitants de la CAVIL et du département du Rhône vont payer ces travaux, alors qu’ils n’y sont pour rien (pourquoi ne pas faire payer les responsables ?). En étudiant de manière approfondie les 3 énormes dossiers, la réalité est bien différente : en fait, les contribuables vont payer pour satisfaire des intérêts privés de grandes entreprises et pour de nouvelles dégradations de l’environnement.

17 octobre 2009 Posted by | Anse, Eau, REGEMAT, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

Les pollutions continuent à Arnas (toujours et toujours)

Ces jours derniers, nous avons identifié 6  rejets d’eau polluée industrielle et 4 rejets d’eau polluée domestique (égouts), illégaux bien sûr, dans le Nizerand à sec, sur la commune d’Arnas. Donc toutes les pollutions rejoignent notre eau potable : 60000 habitants et 500 millions de biberons de bébés par an (céréales et lait déshydratés fabriqués avec l’eau brute du robinet, depuis 40 ans, des dizaines de millions de personnes nourris avec).

02/10/2009 : Pollution venant du collecteur d"eau pluviale" de la rue Grange Morin. 10 rejets pollués illégaux de ce type dans le lit du Nizerand à sec sur Arnas ont été constatées

02/10/2009 : Pollution venant du collecteur d"eau pluviale" de la rue Grange Morin. 10 rejets pollués illégaux de ce type dans le lit du Nizerand à sec sur Arnas ont été constatées

Les pollutions continuent, et jamais aucun procès verbal de pollution n’a été établi.

La plupart des pollutions sont rejetée dans le réseau d’eau pluviale de la Communauté d’Agglomération, avant d’être infiltrées vers les captages d’eau potable. A chaque pluie, une eau très polluée (noire, hydrocarbures, polluants divers) est rejetée dans le Nizerand par les collecteurs d’eau pluviale de la zone industrielle. Il n’y a aucun traitement, tous les polluants s’infiltrent en aval vers la nappe phréatique, puis atteignent les captages d’eau dite potable.

3 octobre 2009 Posted by | Eau, Eau Villefranche, Villefranche-Beaujolais | Laisser un commentaire

   

%d blogueurs aiment cette page :