Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Dernières analyses de l’eau de Villefranche-sur-Saône

Dernières analyses, parues sur la banque de données publiques ADES, de l’eau captée à Villefranche (qui alimentent 60 00 personnes et une usine de fabrication d’aliments pour bébés)

  • Juillet 2008 : détection d’un nouveau pesticide : BROMACILE
  • Mars 2008 : détection d’un nouveau pesticide : 2-hydroxy atrazine
  • Mars 2008 : détection d’un autre nouveau pesticide : deisopropyl déséthyl atrazine = 0,1 µg/l = hors norme eau potable
  • 2007 et 2008 : 6 détections de SIMAZINE (sur toutes les analyses de 2008)
  • Détections d’ATRAZINE sur toutes les analyses de 2007 et 2008
  • Détections d’atrazine déséthyl sur toutes les analyses de 2007 et 2008
  • Détections de DIURON sur presque toutes les analyses de 2007 et 2008
  • Détections d’OXADIYL sur toutes les analyses de 2007 et 2008
  • Détections de 2-6 DICHLOROBENZAMIDE sur toutes les  analyses de 2007 et 2008
  • Détections Atrazine déisopropyl en 2007
  • 3 détections de METOLACHLOR en 2007
  • 5 détections de LENACILE en 2007 et 2008
  • 4 détections de TERBUTHYLAZINE DESETHYL en 2007 et 2008
  • Détection d’ASULAME en 2005

Autre pesticides détectés dans l’eau potable : carbofuran, dichloropropène-2,3 ,  terbuthylazine hydro, simazine hydroxy, tébutame, linuron, métoxuron

21  pesticides différents détectés dans un même captage d’eau potable : un record ?

A cela, il faut ajouter les pesticides et produits de dégradations (du métolachlor, de l’acétochlor…) jamais analysés. Il y a en réalité plusieurs dizaines de pesticides en permanence dans l’eau de Villefranche-sur-Saône, et une eau probablement en permanence non potable pour le paramètre pesticides.

Un responsable de la DDASS (pas celle du Rhône) déclare que dès qu’il y a 2 pesticides dans un captage, il agit et résout le problème (en protégeant ou déplaçant le captage), et que dans son département il est impossible d’arriver à 5 pesticides dans un même captage AEP. Dans le Rhône, à Villefranche, aucune action efficace n’est menée, à part dire que TOUT VA BIEN. L’extension actuelle des périmètres concerne moins de 1 % de l’eau captée de Villefranche, et il est certain que 15 des 17 pesticides ne viennent pas des maraichers. Les périmètres de protection n’amélioreront pas la qualité de l’eau.

Pour les solvants chlorés, on a atteint un record fin 2007 avec 7,8 µg/l de tétrachloréthylène, soit 4 fois la proposition de norme des experts européens (2 µg/l) et 130 fois la norme française définie par le Code de la Santé Publique (0,06 µg/l).

Publicités

5 novembre 2008 - Posted by | Eau, Eau Villefranche, Tétrachloréthylène

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :