Qualité de l’eau dans le Rhône

Pour une gestion de l’eau dans l’intérêt des usagers

Actions immédiates pour Villefranche

Pour améliorer la qualité de l’eau à Villefranche-sur-Saône et dans les 14 autres communes périphériques, des actions simples et peu coûteuses sont possibles. Depuis des années, ces actions sont demandées aux pouvoirs publics de toutes les manières possibles. Une lettre recommandée a même été envoyée à une mairie et transmisse au Préfet le 24 novembre 2006 (donc refus officiel d’agir deux mois après).

  • Action technique : pompage en continu dans le puits n°6 et rejet de l’eau dans la Saône. Cette action simple, rapide avec une mise en œuvre en 2 jours maximum (si elle avait été faite en novembre 2006, des vies auraient probablement pu être sauvées plus tard) et peu coûteuse. A court terme, ce pompage peut faire baisser la concentration en solvants chlorés dans l’eau distribuée de 30 %, peut être 50 % ou plus. En France, de nombreux champs captants utilisent cette technique pour résoudre les pollutions aux solvants chlorés. Par exemple, dans un département voisin, l’eau pompée dans un champ captant est sans aucune trace de pollution : efficacité de 100 % du pompage en continu dans le puits en direction de l’arrivée des solvants chlorés. Le puits n°6 a été arrêté en 1999 : action totalement inutile car la pollution ne fait que se répartir dans les 5 puits situés autour du puits n°6. « Action cache misère » qui permet de ne pas publier dans le rapport annuel les analyses catastrophiques du puits n° 6.
  • En parallèle, il faut obstruer les drains des puits en direction de la Saône (coulis de ciment injecté avec une canne de 60 m de long pour colmater totalement les drains). En effet, le rejet dans la Saône de l’eau du puits n°6 va entrainer une augmentation du débit, et donc de la pollution, venant de la Saône. Ces drains aberrants prennent l’eau à 20-30 m de la Saône. ils envoient de l’eau très polluée de la Saône dans le réseau d’eau potable. Cette action entrainera une amélioration de la qualité de l’eau par une diminution des polluants en provenance de la Saône (HAP, pesticides, perturbateurs endocriniens, mercure…). De plus, la majorité du manganèse provient des drains des puits 10 et 11. L’obturation des drains résoudra de manière définitive le problème du manganèse. Le problème de la pollution bactériologique de l’eau brute devrait également entièrement résolu par le colmatage des drains.
  • Information des usagers sur la qualité réelle de l’eau et les dangers pour la santé (indispensable, LE POINT ESSENTIEL DANS UNE DEMOCRATIE). Le minimum serait de « conseiller aux enfants et aux femmes enceintes de ne pas boire l’eau du robinet ». L’Etat conseille déjà cela aux usagers ayant des branchements au plomb (Qualité des eaux d’alimentation 2006 de la DDASS du Rhône).
  • Information obligatoire sur la qualité réelle de l’eau des nouveaux arrivants, avant la signature d’un compromis de vente ou d’un bail de location. En effet, de nombreux habitants actuels ne seraient jamais venus dans la région de Villefranche s’ils avaient été informés sur les polluants de l’eau distribuée. L’exemple d’une famille, qui a CHOISI de manger bio et de ne pas exposer ses enfants aux pesticides et solvants industriels, et qui après avoir acheté un logement à Villefranche et être resté 20 ans sans aucune information réelle sur les dangers de l’exposition de ses enfants à l’eau, découvre la triste réalité. La désinformation actuelle sur la qualité de l’eau est un acte de tromperie, et probablement de tromperie aggravée. Tout usager a le droit de CHOISIR de ne pas être exposé à tous les polluants contenus dans l’eau de Villefranche. Sans information, pas de choix possible.

Ces actions immédiates sont bien sûr provisoires en attendant la création de nouveaux captages. Pour résoudre les problèmes de pollution de l’eau potable, la seule solution définitive est l’abandon du champ captant, décision qui doit être prise le plus rapidement possible. En effet, l’obturation des drains ne fait que retarder l’arrivée des polluants de la Saône dans les puits. Le rejet de l’eau polluée par les solvants chlorés dans la Saône, au lieu de l’envoyer dans le réseau potable, est une solution provisoire pour protéger la santé des 60 000 usagers.

Publicités

18 juillet 2008 - Posted by | Eau, Eau Villefranche, Villefranche-Beaujolais

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :